Le TBI en classe de FLS au Liban : un outil d’innovation et de motivation ?

Zeinab OLLEIK, Université Libanaise

Depuis quelques années, le TBI a été introduit dans les écoles libanaises comme outil d’innovation pour accompagner les spectaculaires progrès dans le domaine des TICE au cours de la dernière décennie. Toutefois, cet outil reste l’apanage des écoles privées payantes qui l’utilisent comme atout pour attirer le plus grand nombre d’élèves. Dans notre communication, nous nous interrogerons sur l’impact du TBI sur les pratiques de l’enseignement du français langue seconde. Notre étude se base sur un questionnaire distribué à une centaine d’enseignants de français travaillant dans les cycles primaires et complémentaires. Malgré le « temps fou » qu’exige la préparation d’un cours de français sur TBI, Les premiers résultats le présentent comme un outil d’interactivité qui motive la participation des élèves aux diverses activités au cours desquelles on l’utilise. La grammaire et la compréhension orale sont les activités qui prêtent le plus à l’usage du TBI. En revanche, la plupart des enseignants évitent de l’utiliser dans les activités de production écrite puisque l’écriture collaborative n’est pas recommandée par les institutions. Les déclarations des enseignants seront corroborées par une étude qualitative basée sur l’analyse de transcriptions de séances de français puisque notre étude fait partie d’un projet de recherche sur l’impact des TICE sur les interactions en classe de FLS.