L’exposé oral : réel moment d’apprentissage ?

Sylvaine GAUTIER, Université de Chypre

Dans l’enseignement universitaire du FLE, du FOU et du FOS, l’exposé oral face à la classe est pratiqué et généralement intégré à l’évaluation continue d’un cours.
Certes, l’exposé oral - depuis les diverses étapes nécessaires à la préparation jusqu’à la présentation en classe - est une tâche pédagogiquement pertinente à la lumière des théories d’apprentissage dominantes (cognitivistes, constructivistes, socio-constructivistes), et s’inscrit dans la perspective actionnelle, telle que la définit le CECR (2001 : 15, 121). Mais, il représente néanmoins une tâche complexe « qui comporte des sous-tâches […] directement orientée[s] vers la réalisation de la tâche complexe » (Nissen, 2011 : 12) et qui sous-tend une mobilisation de nombreuses ressources cognitives et méthodologiques (Bourguignon, 2006 : 63).
Mais, comment faire de l’exposé un réel moment d’apprentissage ?
Notre hypothèse était la suivante : la répétition d’une pratique méthodologique de préparation et de présentation de l’exposé permet 1) une appropriation progressive des compétences à acquérir, 2) une évaluation (bienveillante) par les pairs de plus en plus efficace, 3) une autonomisation progressive de l’apprenant et le développement de sa confiance en soi.
Nous avons mené une expérience pédagogique avec 20 étudiants de 2ème année d’Études françaises et européennes de l’Université de Chypre, de niveaux A2-B2 du CECR. Au cours de l’année académique 2015-16, chaque étudiant a présenté 4 exposés oraux en classe, en suivant une méthodologie similaire.
Une feuille de route précisait le calendrier des sous-tâches guidant progressivement l’apprenant vers une réalisation de la tâche finale : l’exposé en classe ; les objectifs méthodologiques, culturels et linguistiques ; la grille d’évaluation de l’enseignante
Dans le cadre de cette expérience pédagogique, les TICE facilitant la communication et la collaboration étaient notamment Google Drive, Blackboard, divers outils d’enregistrement audio et vidéo, PowerPoint, et les outils d’autocorrection de Word et Bonpatron.
Les étudiants ont complété, en fin d’année, un questionnaire évaluant leur perception de cette expérience et de leurs apprentissages.
Cette expérimentation nous a notamment montré que les contraintes méthodologiques de cette approche très cadrée tendaient à s’estomper, grâce à l’acquisition progressive de diverses compétences.
Dans la présente communication, après avoir souligné en quoi l’exposé oral en classe est une tâche pertinente mais complexe, nous présenterons la méthodologie suivie. Puis, nous basant sur nos propres déductions ainsi que sur les résultats de l’enquête menée auprès des étudiants, nous nous interrogerons sur les gains que retirent les apprenants d’une telle approche, tant du point de vue des savoirs & savoir-faire, que du savoir-être, du développement de leur autonomie et de leur confiance en soi. Nous tenterons également de définir les limites d’une telle contrainte méthodologique.