Fiche projet du groupe Espagne

1 Nom du groupe
Groupe GreC-Espagne

2 Responsable du groupe
Irene Valdés Melguizo

3 Membres du groupe (déjà membres du GRAC/GreC ou non)
Avendaño Anguita, Lina (Université de Grenade)
Defrance, Charlotte (Université de Grenade)
Fernández Fraile, Mª Eugenia (Université de Grenade)
Guijarro García, Rafael (Université de Grenade)
Iglesias Pruvost, Virginia (Université de Grenade)
Martin Quatremare, Fanny (Université de Grenade)
Martínez Robledo, Isabel (Université de Grenade)
Molina Romero, Mª Carmen (Université de Grenade)
Montes Villar, Luisa (Université de Grenade)
Nadim Nadim, Loubna (Université de Grenade)
Pino Serrano, Laura (Université Saint-Jacques-de-Compostelle)
Ruyffelaert, Ariane (Université de Grenade)
Suso López, Javier (Université de Grenade)
Valcárcel Riveiro, Carlos (Université de Vigo)
Valdés Melguizo, Irene (Université de Grenade)

4 Domaine linguistique/national de recherche
Approche contextualisée et contrastive de la description linguistique et pragmatique de la langue française dans le contexte des études françaises en Espagne.

5 Période considérée
4 ans (2018-2019-2020-2021)

6 Description du projet de recherche

Axe 1.

Élaboration des pages de la grammaire contextualisée (la GRAC). Le processus de composition d’une nouvelle « page/entrée » pour la GRAC ne devrait pas prendre comme point d’appui (ou de départ) unique la version de la grammaire générique (http://www.francparler-oif.org/grac-a1a2/sommaire/), pour ensuite proposer une version contextualisée, étant donnée la langue/culture linguistique des apprenant·e·s ciblés (hispanophones ; débutant·e·s ou faux·sse·s débutant·e·s ; de niveau A1-A2, de niveau B1-B2). Il doit partir également de la réflexion suivante : est-ce que ce point particulier pose un problème d’apprentissage pour « mes » apprenant·e·s » ? De quel(s) type(s) ? De quelle manière je peux changer la description du fonctionnement du français (présente dans la version générique) pour améliorer l’apprentissage de point, en évitant les erreurs produites ?

Les pages peuvent/doivent prendre en compte l’usage contextualisé des différents points grammaticaux : en langue écrite et en langue parlée (marques orales, transcriptions phonétiques en API, syntaxe…), et dans les registres de langue courant et standard, pour qu’elles répondent vraiment aux besoins des utilisateur·trice·s/apprenant·e·s.

Axe 2

La recherche porte sur la description linguistique et pragmatique du français dans les divers domaines grammaticaux (voir ci-après), en focalisant les particularités de la langue française par rapport à la langue espagnole et, donc, en mettant en relief leurs différences dans leur construction. Ces particularités et ces différences seront examinées dans les deux registres de langage qui concernent la compétence langagière de nos étudiant·e·s (langue courante et langue standard), autant dans les manifestations écrites qu’orales de la langue, et dans les niveaux d’apprentissage A1-A2 et B1-B2. La recherche prend place au sein du contexte universitaire (étudiants des Études françaises, de Tourisme, de Traduction), donc, elle cible des apprenant·e·s adultes (débutant·es et/ou faux·sse·s débutant·e·s), à divers horizons professionnels (futur·e·s professeur·e·s de français, futur·e·s traducteur·trice·s, futur·e·s professionnel·le·s du tourisme).

Les domaines grammaticaux ciblés sont les suivants (selon les difficultés pour un public hispanophone) :
(i) Catégories morphosyntaxiques : les prépositions ; les possessifs ; les pronoms personnels ; les pronoms en y ; les pronoms relatifs ; les démonstratifs ; l’usage de ça ; les adjectifs indéfinis ; les adjectifs et les pronoms indéfinis ; les partitifs ; la phrase négative ; les nombres cardinaux ; l’expression de quantité ; c’est-il est-cela ; les phrases subordonnées ; la confusion pourtant-cependant ; l’accord adjectifs-noms ; l’indicatif et le subjonctif…
(ii) Phonétique : ce, se, s’est, c’est, ses, ces - cet, cette, sept ; on, ont, en ; son, sont, s’en, sans, sang, cent ; quand, qu’on, qu’ont ; comment, comme  ; les accents et leurs conséquences grammaticales (a/à) ; la liaison ; l’orthographie du participe présent et de l’adjectif verbal.
(iii) Lexique (locutions, expressions toutes faites…) : comparaisons, les couleurs, les constructions verbales, expressions toutes faites, etc.

La visée comparative/contrastive nous permettra de décrire et de formaliser les descriptions usuelles du français dans les points où elles offrent des particularités et des différences par rapport aux descriptions correspondantes de l’espagnol. La démarche méthodologique se décompose ainsi en trois phases, qui sont fortement couplées :
• une démarche de recherche « empirico-descriptive », à travers laquelle on obtient une série de données (analyse de production des apprenant·e·s), sous forme de « catalogue de fautes typiques » (accompagnées des exemples), correspondant aux divers niveaux et types d’étudiant·e·s). La base de données est ainsi basée sur la recherche et l’analyse de fautes fréquentes chez les apprenant·e·s hispanophones (ou sur les zones potentielles de fossilisation, ZPF) ;
• une démarche de recherche « créative » (proposition d’une nouvelle description du point grammatical donné, sous forme de page contextualisée) ;
• une démarche d’« action/intervention », en introduisant l’outil grammatical renouvelé dans les cours, et en proposant une série d’activités nouvelles (dont des exercices) confectionnées ad hoc. Nous considérons en effet que l’apprentissage d’une langue ne tient pas uniquement à la « bonté » (justesse, clarté, etc.) de l’outil grammatical, mais également à la façon où cet outil est mis en œuvre en classe de langue. La mise en œuvre, chez l’apprenant·e, de stratégies réflexives et inductives (ou de découverte guidée) nous semble ainsi essentielle.

L’explicitation de ces différences – qui sont à la source de nombreuses difficultés d’apprentissage – permettra un regard réflexif de la part des apprenant·e·s et une appréhension consciente du fonctionnement des deux langues. Ces trois démarches de la recherche – étude empirico-descriptive, créative et recherche-action – ont un même objectif, que signalaient déjà Danièle Manesse et André Ouzoulias en 2012 : « contribuer à comprendre les dysfonctionnements de l’enseignement de la langue écrite, et montrer que le pari de doter les élèves des compétences pour donner à tous sécurité et autonomie dans la maitrise de la langue écrite est un pari tenable dans l’école d’aujourd’hui avec tous les élèves » (document de travail GRAC).

L’idée est ainsi de prévoir comment les nouvelles pages contextualisées pourront être mises à profit, à travers des stratégies didactiques diverses, et de mesurer finalement le degré de réussite de la démarche dans son ensemble (mise en relief d’un problème d’apprentissage concernant un point grammatical précis ; confection d’une nouvelle page, contextualisée et intervention didactique ; évaluation).

La mise en œuvre de ce projet de recherche exige comme fondement et horizon théorique une analyse des pratiques et des traditions didactiques de l’enseignement de la langue française en Espagne aujourd’hui et dans les différentes périodes de l’histoire, ainsi que l’examen des descriptions grammaticales présentes dans les manuels issus des divers courants méthodologiques de l’enseignement du français en Espagne. C’est à l’intérieur de cet horizon théorique que prend place le cadre méthodologique que nous proposons, et qui nous permettra de considérer les divers points de la grammaire française.

Le cadre méthodologique qui sous-tend notre démarche est fondé sur l’approche comparative/contrastive qui combine une approche linguistique et une approche formelle. La visée comparative nous permettra de déceler et de décrire les interactions complexes entre les échanges grammaticaux (morpho-syntaxico-sémantico-pragmatiques et énonciatifs) qui découlent de la rencontre des langues étudiées. L’objectif de ce projet est de repérer les possibilités d’amélioration des descriptions des grammaires françaises en profitant des pratiques didactiques en contexte hispanophone en repérant et en validant les formes de la description usuelle du français.

Les procédés de recherche sont censés faire ressortir les différences métalinguistiques entre les grammaires françaises pour les locuteur·trice ·s natifs et les grammaires françaises destinées aux hispanophones. Les recherches seront menées à partir des grammaires françaises pour un public étranger publiées en France, ainsi qu’en partant de l’historique des grammaires françaises éditées en Espagne ; de l’étude du discours des grammaires éditées en France et/ou en Espagne ; de l’inventaire des fautes des apprenant·e·s à l’échelle de licence (Études Françaises, Traduction, Tourisme) ; et finalement de l’étude du besoin de nouveaux types de grammaires en Espagne. La recherche est censée impliquer les étudiant·e·s en accord avec l’approche actionnelle au niveau universitaire.

Nous envisageons de publier des articles, de participer aux colloques et de proposer un ouvrage collectif sous forme de dictionnaire des difficultés grammaticales du français pour hispanophones. Vu les difficultés des étudiant·e·s à comprendre le métalangage, il est envisagé également de composer un guide qui pourrait aider l’enseignant·e à combler les lacunes existantes. Par ailleurs, la réflexion sur l’élaboration d’un guide pour les professeur·e·s du secondaire qui enseignent la grammaire s’avère nécessaire. Finalement, le projet devra mettre à profit et prendre en compte le potentiel de la technologie numérique, autant dans la confection des bases de données que dans la présentation de la grammaire – l’objectif ultime du présent projet de recherche consiste à exploiter les apports de ces descriptions pour améliorer la description du français en général et aider l’apprenant·e à améliorer sa compétence langagière.

7 Évènements scientifiques envisagés
• Élaboration des pages contextualisées (niveau B1 - B2) ;
• Élaboration du Dictionnaire des difficultés du français pour Hispanophones (DDFH) et sa mise en ligne ;
• Participation aux colloques.

8 Publications envisagées relatives au projet
• Articles, communications ;
Dictionnaire de difficultés du français pour Hispanophones.

9 Publications des membres de l’équipe relatives au projet
Consulter site web : http://filologiafrancesa.ugr.es/pages/grupo_investigacion/grec/produccion_cientifica

10 Produits de la recherche (autres que 8)
Base de données zones potentielles de fossilisation (ZPF) sous forme de répertoire électronique d’erreurs.

11 Tâches à réaliser
a. Élargir la liste des grammaires de FLE conçues et publiées par des hispanophones, ou dans lesquelles il existe une participation d’hispanophones ;
b. Élargir la liste des erreurs fréquentes chez les apprenant·e·s hispanophones ;
c. Étudier les contrastivités et examiner les adaptations présentes dans les grammaires de FLE ;
d. Enquêter sur les représentations métalinguistiques des apprenant·e·s ;
e. Analyser les méthodes d’enseignement de la grammaire française pour un public hispanophone : modes d’action en classe, conception de la grammaire, activités proposées.
f. Fixer les différents domaines de difficulté pour l’enseignement/apprentissage de la grammaire.
g. Élaborer les fiches relatives au Dictionnaire des difficultés.

12 Indications relatives au déroulement de la recherche (calendrier)
Janvier 2019 - décembre 2021