Pratique interculturelle en didactique du FLE dans le contexte scolaire chinois

Xinjiletu ZHAO, Université Grenoble-Alpes

RÉSUMÉ

La méthode traditionnelle est prédominante dans l’enseignement du FLE en Chine. Cette méthode essentiellement linguistique entraîne surtout une absence de sensibilité interculturelle. Malgré l’apprentissage des langues étrangères, le niveau d’« alphabétisme interculturel » (UNESCO, 2013) reste très bas chez les apprenants chinois. L’ethnocentrisme est important. Les stéréotypes et les idées reçues, sur l’autre, sont profondément ancrés. Pourtant, selon l’Unesco, la classe de langue est un lieu privilégié de l’éducation interculturelle (UNESCO, 2006) et le développement d’une attitude d’empathie envers l’altérité, une prise de conscience de la diversité et une aptitude à « décentrer » (Byram et al., 2002) sont essentielles à l’ère de la mondialisation.

Ce constat paradoxal amène au questionnement suivant : dans quelle mesure la pratique interculturelle peut-elle favoriser une démarche de décentration et de réflexion critique chez les apprenants du FLE en Chine ?

J’ai mené une enquête ethnographique pendant dix mois au lycée Guangming de Shanghai où le français est LV1. J’ai privilégié une démarche de recherche-action (Catroux,2002) sur le terrain à travers diverses pratiques didactiques interculturelles (organisation de différentes types de rencontres interculturelles, création d’un atelier interculturel, élaboration d’un livre de journaux d’étonnement, intégration systématique des composantes culturelles dans le cours… ) pour voir à quel point cela pourrait motiver les apprenants et changer leur façon de voir le monde. Le souci de maîtrise des règles du langage est contextualisé dans une dimension culturelle. Les séances ont été filmées et les entretiens auprès des élèves ont été transcrits pour une analyse thématique centrée sur leurs changements réflexifs possibles.

D’après l’observation des réactions pendant le cours et l’entretien avec les élèves à la fin de la recherche, je constate chez les élèves une augmentation de la motivation vis-à-vis du français langue étrangère. Leurs notes moyennes se sont élevées aux examens de français. Les pratiques interculturelles mises en place par le chercheur, permettent aux élèves de se sensibiliser sur l’importance de relativiser leur propre point de vue. Un regard plus objectif et une remise en question de leur propre culture sont remarqués à travers l’enquête, les entretiens, et leurs productions artistiques. C’est l’objectif ultime de la recherche – la sensibilité interculturelle.