Présentation du Réseau GreC

Le Réseau Grammaires et Contextualisation (GreC) réunit des enseignants et des enseignants-chercheurs de nombreux pays qui partagent un intérêt pour les descriptions du français, dans le cadre de l’enseignement-apprentissage de cette langue. Il prend la suite du réseau Grac qui, de 2001 à 2017, a été rattaché à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle.

Désormais, il est hébergé sur le site du laboratoire ouvert Méthodal. Il est coordonné par un groupe de coordination composé de Jean-Claude Beacco, Olivier Delhaye, Fryni Kakoyianni-Doa et Jean-Michel Kalmbach.

Le projet de recherche commun de ces enseignants et enseignants-chercheurs est l’étude systématique des formes de contextualisation de la description du français (sa «  grammaire  ») dans des ouvrages de «  grammaire française  » produits sur place, dans des méthodes de français, dans des inventaires d’erreurs fréquentes, ou à travers les discours explicatifs des enseignants (tels qu’ils les rapportent ou tels qu’on peut les observer), ou bien encore à partir des observations que font les apprenants sur le fonctionnement du français… Dans ces documents, ils cherchent à décrire la manière dont les descriptions courantes du français sont adaptées à leurs apprenants.

De telles adaptations ont été repérées par H. Besse (dans Besse H. & Porquier R. (1984  : Grammaire et didactique des langues) et elles ont été l’objet de diverses explorations par J.-C. Beacco, spécialement à compter de 1993 («  Enseignement grammatical et expérience contrastive des enseignants  », Actes du Congrès «  Italien et français langues étrangères  », 22-24 avril 1993, Perugia), puis dans (2010) : Didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues (Didier).

La recherche du Réseau porte sur les formes observables des contextualisations de la description du français enseigné comme langue étrangère. Par «  contexte  », on entend, dans le Réseau, les caractéristiques des situations d’enseignement-apprentissage pouvant conduire à une «   adaptation  » de la description du français. Il peut s’agir, en premier lieu, de la configuration sociolinguistique des langues dans un espace donné (formes du multilinguisme) et de la structuration des répertoires langagiers individuels (formes du plurilinguisme), mais aussi de la culture métalinguistique des utilisateurs/apprenants. Celle-ci est constituée des représentations du langage véhiculées, entre autres, par le lexique métalinguistique ordinaire (en français par exemple, mot, expression, discours) et des savoirs relatifs à la langue première ou à la langue de scolarisation principale utilisée dans l’éducation primaire. On trouvera une illustration de ces travaux dans le numéro 181 de Langue française (2014) : Contextualisations de la description du français dans les grammaires étrangères.

Le Réseau met ses membres en relation, leur permet de dialoguer sur des questions de recherche, organise des colloques (jusqu’à présent, sur une base annuelle) et des rencontres, coordonne des publications... Le présent site sera l’un des instruments de ces activités.