La culture dans une perspective actionnelle : de l’interculturel au co-culturel

Christian PUREN, Université Jean Monnet de Saint-Étienne

RÉSUMÉ

On travaillera dans cet atelier sur le type d’implication de la perspective actionnelle qui a sans doute le plus de difficulté à passer dans les manuels (si ce n’est déjà chez certains didacticiens...), à savoir le travail en classe de langue non plus seulement sur les connaissances culturelles, ni sur les représentations que les apprenants ont de la culture étrangère comme c’est en principe le cas dans l’approche communicative, mais sur les différentes conceptions que l’on peut avoir de la même action sociale d’une culture à l’autre et à l’intérieur de chaque culture, c’est-à-dire sur les différentes « cultures d’action ».

L’un des principes fondamentaux de la perspective actionnelle étant l’homologie entre la situation d’usage et la situation d’apprentissage – les élèves sont considérés comme des acteurs sociaux de plein droit dans leur véritable micro-société qu’est la classe – on se posera logiquement aussi la question de la « coculture », c’est-à-dire de la culture commune de l’action qui s’y trouve être mise en jeu, celle de l’enseignement-apprentissage.