Méthodologie d’enseignement des écrits en français académique

Thi THU HOAI TRAN, Grammatica, Université d’Artois ; LIDILEM, Université Grenoble Alpes

Rui YAN, LIDILEM, Université Grenoble Alpes

RÉSUMÉ

Dans le champs de l’écrit académique, nombre de travaux mettent l’accent sur les difficultés des étudiants allophones (Paquot, 2010 ; Cavalla, 2010) relevant notamment de trois niveaux : savoir scientifique, savoir du lexique, savoir méthodologique. Notre étude se focalise sur les dimensions lexicales et méthodologiques qui sont rarement travaillées à l’université.

En nous interrogeant sur la place de l’enseignement du lexique scientifique transdisciplinaire dans l’écrit académique, nous poserons deux questions suivantes : Quel lexique aborder dans les classes de Français sur Objectif Universitaire (FOU) (Mangiante & Parpette, 2011) ? Quelle approche permet de favoriser « l’écriture réflexive » (Boch & Frier, 2015) ?

Partant de l’hypothèse que les étudiants allophones manquent de moyens linguistiques pour exprimer leurs idées et que l’apprentissage des routines faisant partie intégrante du genre permet de mieux comprendre le genre de l’écrit académique et de faciliter leur travail d’écriture, nous avons mis en place deux expérimentations didactiques.

La première est effectuée au CUEF de l’Université Grenoble Alpes auprès des étudiants chinois (ayant un niveau B1 acquis) suivant la formation en diplôme universitaire « Lettres, Langue Française, Communication ».

La deuxième est menée auprès des étudiants de différentes langues maternelles (niveau de langue hétérogène de A2-­‐B1), inscrits dans une formation de préparation -linguistique et méthodologique à l’université d’Artois.

Ces deux expérimentations mettent l’accent sur le lien entre l’approche inductive et l’introduction du corpus en classe de FOU (Cavalla & Loiseau, 2014 ; Cobb & Boulton, 2015) et favorisent une réflexion métalinguistique sur le lexique propre au discours scientifique et les notions principales pour ce genre d’écrit spécifique (conception de la problématique, citation, etc.).

Les résultats de deux expérimentations vont être croisés pour évaluer l’apport du corpus sur le développement des compétences rédactionnelles chez les étudiants allophones.